Marie Gérin-Lajoie, SBC

« Aimer son prochain, c’est d’abord chercher à rétablir en sa faveur 
des conditions normales de vie »

 

Marie Gérin-Lajoie est née à Montréal le 9 juin 1890. Son père est avocat et sa mère, Marie Lacoste-Gérin-Lajoie est une pionnière de la défense des droits des femmes au Québec. Marie fait toutes ses études à la Congrégation Notre-Dame de Montréal, où elle obtient un baccalauréat ès arts en 1911 de l’Université Laval à Montréal, devenant ainsi la première québécoise à obtenir ce diplôme. Elle s’initie à l’action sociale en œuvrant à la Fédération nationale
Saint-Jean-Baptiste
, fondée par sa mère où elle devient rédactrice et directrice du bulletin La Bonne Parole; elle donne également des conférences et fonde des cercles d'études.

Dans une société qui s’industrialise, la jeune Marie est consciente des problèmes qui affectent la classe ouvrière: exploitation au travail, pauvreté des familles, atteinte à la dignité humaine. Préoccupée par la justice et la paix, elle veut agir sur les causes des inégalités sociales pour les éliminer. En 1918, elle poursuit alors des études en service social à l'Université Columbia de New York, pour outiller scientifiquement son action. Dès son retour, elle donne un cours  de préparation à l’action sociale et met sur pied le service social à l’Hôpital Sainte-Justine.

Pour assurer des bases stables à son engagement social, Marie Gérin-Lajoie fonde en 1923 l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal qui préconise diverses formes d’action sociale. Elle ouvre des Centres sociaux, centres d’éducation populaire et de services sociaux, qui travaillent à la promotion des droits et à l’amélioration des conditions de vie des femmes et des familles des milieux ouvriers. L'action communautaire, les foyers d’accueil, les œuvres de loisirs complètent les activités du centre. En outre, la formation familiale et sociale est essentielle à la mission de la communauté. En 1931, Marie Gérin-Lajoie ouvre l’École d’action sociale et, en 1939, l'École de service social qui est intégrée, après une année, à l'Université de Montréal.

Femme de foi et femme d’action, Marie Gérin-Lajoie puise sa force et son dynamisme dans la spiritualité ignatienne qui allie la contemplation et l’action. Pionnière du service social dans le milieu canadien-français au Québec, elle laisse à ses contemporains le sens d’un engagement social inspiré de l’Évangile. Marie Gérin-Lajoie meurt le 7 janvier 1971, à l’âge de 80 ans.

 

CITATIONS :

« Le conseil est un élément de sagesse pratique indispensable dans la vie. Le don de conseil donne une lumière intérieure rapide et vive : le Saint Esprit parle au cœur et fait choisir ce qu’il faut dire et faire ».

« Aimer son prochain, c’est d’abord chercher à rétablir en sa faveur des conditions normales de vie ».

« Par une vie intérieure intense jointe à la connaissance du monde et à l’action, s’efforcer de mettre les vérités chrétiennes à la portée de nos mentalités modernes ».

 

 

Télécharger
la biographie

Site Internet
de la congrégation

Découvrir d'autres consacré(e)s

Catégorie: 
Année de la vie consacrée - Nouvelles
Imprimer cette page Haut de la page