Dossier Réfugiés

Notre Père des migrants

Nous vous offrons la prière du Notre Père des migrants composée par Maria Clélia Alves, MSCS.

NOTRE PÈRE ET PÈRE DE TOUS ceux qui migrent pour fuir la violence physique, économique ou sociale, toi qui es dans le ciel et accompagne notre chemin sur terre.  

Que ton nom soit sanctifié, ce nom que nous prononçons avec la confiance de fils, de filles, de frères et de sœurs, ce nom que Jésus a manifesté au monde pour que nous croyions en Toi.

Que vienne ton règne de paix, de solidarité et d'amour; ton règne qui est pour tous et n'exclut personne à cause de leur origine, cultures et coutumes.  

Que ta volonté soit faite, ta volonté que nous soyons unis entre nous comme Tu es uni à Jésus et à l'Esprit Saint. Qu'ainsi ta volonté s'accomplisse sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour, le pain de la liberté d'émigrer et d'être considéré comme des personnes, avec dignité, le pain de l'accueil et du partage, le pain de la santé, de l'éducation et du travail, le pain de l'Eucharistie qui nous réconforte comme le prophète Élie et le peuple migrant à travers le désert.

Pardonne-nous nos dettes d'amour et de miséricorde, en particulier quand nous fermons nos cœurs à nos frères et sœurs de passage et que nous ne te reconnaissons pas dans leurs visages souffrants. Pardonne-nous lorsque, par commodité et égoïsme, nous ne cherchons pas de solutions aux problèmes de la communauté, comme nous pardonnons à ceux qui nous offensent et nous écartent comme étrangers.

Notre Père de tous les hommes et de toutes les femmes, ne nous laisse pas tomber dans la tentation d'exclure ceux qui cherchent ta miséricorde, dans l'Église que nous sommes nous-mêmes,

Mais délivre-nous de tout mal qui pourrait compromettre la fraternité et l'unité de tes enfants dispersés tels que semences du Royaume à travers le monde, maintenant et pour toujours. 

AMEN!


Engagement des communautés religieuses du Canada envers les réfugiés syriens

La situation des réfugiés ne laisse personne indifférent. Devant l'ampleur sans précédent de cette crise, plusieurs congrégations ont choisi de s’impliquer concrètement. Cet engagement prend différentes formes: accueil, parrainage, collaboration avec des organismes, des diocèses et paroisses venant en aide aux réfugiés, don de vêtements et autres nécessités, aide financière, etc.

À la demande du Conseil d’administration de la CRC, un sondage a été effectué auprès de ses membres afin d’en savoir plus sur leur engagement. Deux questions étaient posées :

1. Comment votre communauté répond-elle à la crise des réfugiés?

2. Quelles suggestions avez-vous pour les communautés qui veulent poser des gestes concrets en réponse à cette crise dans leur ville ou région?

Nous vous présentons une synthèse des réponses reçues en date du 14 janvier 2016

1. Comment votre communauté répond-elle à la crise des réfugiés?

Frères mineurs Capucins, Province du Sacré-Coeur (Canada francophone)
«Prise en charge d’une famille syrienne pour une année à Québec. Ce projet est réalisé en collaboration avec le comité de parrainage des réfugiés de la paroisse Saint-Yves. Notre groupe de soutien local est composé de quatre Capucins, de membres de l'Ordre franciscain séculier, du responsable de la pastorale jeunesse franciscaine et des Soeurs Servantes du Saint-Coeur de Marie.»

Les Servantes de Jésus-Marie, Gatineau
«Participation à la collecte de fonds d’une paroisse du diocèse qui parraine une famille syrienne. Don de vêtements à une autre paroisse, paroisse syriaque, qui accueillera plusieurs familles.»

La Compagnie de Jésus du Canada Français et d'Haïti
«La Compagnie de Jésus du Canada Français et d’Haïti parraine des réfugiés depuis plus de 34 ans. Depuis lors, c’est par l’entremise du Bureau des Missions Jésuites que nous avons pu réaliser des milliers de parrainages à travers le monde. Le bureau des Missions Jésuites a réalisé ses parrainages, principalement, pour en nommer quelques-uns: en Syrie, Irak, Burundi, Érythrée, Rwanda, Afghanistan, Amérique Latine, Éthiopie..

Une donnée récente indique que depuis 2014 à aujourd’hui nous avons réalisé près de 500 parrainages, ce qui correspond à environ à 1,300 personnes. La majorité de ces parrainés, on peut le comprendre dans le contexte actuel, étaient syriens. De novembre 2015 à aujourd’hui, c’est quelques centaines de réfugiés syriens que nous avons accueillis, sans compter les arrivants d’autres provenances.

Un fait nouveau dans notre mission auprès des réfugiés est que nous avons permis à des organismes à but non lucratif, des paroisses, des groupes de personnes (parrainages 2-5), des personnes prises individuellement (parrainage mixte) des communautés de foi, à réaliser des parrainages en leur donnant un support administratif et leur assignant des familles à parrainer. Plusieurs diocèses ont pu bénéficier de nos services : Chicoutimi, Québec, Longueuil, St-Jérôme, …  Sans compter ceux qui pourrait faire appel à nous dans la mesure de notre possible. Cela s’inscrit dans une perspective de réaliser des parrainages en région, plus précisément certains parrainages ont été réalisés ou sont en voie de réalisation, à Roberval, Chicoutimi, St-Honoré, St-Jean sur Richelieu, St-Bruno, Oka…  Notre vision, est de favoriser le parrainage en région afin qu’elle ne soit pas isolée, voire privé de l’apport de nouveaux arrivant au Québec.

À cela, il faut ajouter le soutien mutuel de notre Province Jésuite et du Service Jésuite des Réfugiés qui est présent dans plus de 50 pays à travers le monde.»

Filles de la Sagesse du Canada (FDLS)
« Les FDLS du Canada parrainent une famille de réfugiés syrienne. Des démarches ont été entreprises avec le Père Fadi Atallah, curé de la paroisse St-Paul Apôtre des catholiques syriens (Ottawa) et avec le Centre catholique pour les immigrants à Ottawa.»

« Des sœurs ont suivi des séances d’information et de formation pour l’accueil des immigrants. Un comité est en voie d’être formé (sœurs et laïques) qui s’adjoindra des aides formés en sous-comités pour voir aux différents volets de cet engagement. L’accueil temporaire des réfugiés pourrait être fait (en discussion) au sein de la maison de nos sœurs âgées. Les Sœurs – même les plus âgées – tricotent des articles pour les réfugiés et elles s’engagent à prier pour les réfugiés.»

«Maison Marie-Louise (Ottawa), fondée par les FDLS du Canada, est un lieu d’accueil (et non d’hébergement) pour les immigrants, nouveaux arrivés, réfugiés. Ils/Elles trouvent là des personnes pour les écouter. Ces personnes peuvent y trouver des vêtements de même que des articles de maison. Il y a des cours d’informatique, de couture, de cuisine, de langues, etc. qui s’y offrent par des bénévoles.»

«Des vœux de Noël et du Nouvel An, de même que des messages d’encouragement, des promesses de prière leur ont été et continuent de leur être envoyés. Une invitation aux Sœurs pour le budget 2016 : choisir de se priver de quelque chose et offrir l’équivalent en argent pour l’accueil d’une 2e famille de réfugiés.»

«Il y a quelques années, les FDLS du Canada ont donné au ‘Centre catholique pour immigrants’ à Ottawa une maison d’accueil, maintenant appelée « Maison Sophia Reception House » (autrefois appelée ‘Maison Thérèse-Dallaire’ en mémoire d’une FDLS qui travaillait avec les immigrants et réfugiés), située sur la rue Boteler. Cette maison a une capacité d’hébergement de 94 lits (28 appartements). Cette maison a été choisie par la Ville d’Ottawa pour l’accueil temporaire (hébergement) des réfugiés syriens, parrainés par le gouvernement, qui arriveront sous peu.»

«À Montréal, les Sœurs s’occupent de trouver et de distribuer des choses pour les réfugiés.»

Oblates Franciscaines de Saint-Joseph
«Nous parrainons des familles syriennes depuis 2013. Nous avons d’abord discuté de la situation avec nos sœurs étant donné que nous habitions Bordeaux-Cartierville, un quartier multiethnique, et que nous y sommes très impliquées. Nous avons ensuite établi nos politiques d’accueil des demandes. Nous ne demandons pas aux familles qui sollicitent un parrainage de déposer 20 000$ ou 25 000$ lors de la demande, car la plupart ne peuvent le faire. Nous exigeons qu’elles s’impliquent dans l’accueil de leurs familles avec d’autres autant que possible; ainsi un réseautage s’établit  auquel nous pouvons toujours recourir.»

«Cinq familles sont arrivées en 2014. Six autres en 2015 ainsi que 3 personnes célibataires. Depuis mai 2015, quinze autres dossiers ont été envoyés et acceptés au Ministère de l’Immigration du Québec et d’Ottawa et les personnes sont en attente de départ. Nous continuerons le parrainage quelque temps encore parce que nous en avons fait un projet de communauté inséré dans le milieu avec un réseau de collaboratrices et de collaborateurs et que, l’expérience acquise depuis ce temps, la tâche est devenue  plus facile.»

Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique (SMNDA)
«Face à la crise générale des migrants clandestins de la Méditerranée, notre Congrégation en Espagne était déjà très active dans l’accueil. Nous, SMNDA, sommes dans les pays d’où les migrants partent et où ils arrivent. Comment ne pas être touchées? En Italie, l’UISG avec notre supérieure générale Carmen Sammut en tête, a décidé d’ouvrir en Sicile, une puis deux communautés internationales et intercongrégationnelles et une SMNDA congolaise y a été nommée. Début 2016 elles entrent en activité avec les autres comités de secours sur place.»

«À Montréal, nous avons participé avec nos économies à envoyer des petites sommes d’argent ou des vêtements aux familles immigrantes syriennes par le biais des OFSJ (Oblates Franciscaines de St-Joseph) qui parrainent des familles syriennes. Ces familles une fois installées deviennent par la suite des familles d’accueil.»

«À l’organisme le CARI : une SMNDA rencontre et sensibilise des femmes de différentes communautés culturelles, elle le fait à sa paroisse avec différentes ethnies africaines.»

«À Ottawa-Gatineau : Un Imam et un curé ont invité leurs fidèles à adopter chacune famille : Un repas-bénéfice interreligieux a eu lieu et nos sœurs y ont assisté; elles sont invitées à s’engager dans les comités qui s’ouvriront à la mesure de leurs forces. Lire l'article publié à ce sujet:  Souper pour faire venir deux familles syriennes au Canada»

Partout, nos prières montent pour les victimes de la guerre et du chaos actuel. Autour de nous, avec nos amis et nos familles, quand s’exprime la peur de ces arrivées massives, des différences culturelles et religieuses, de l’envahissement démographique, nous sensibilisons aux droits de l’Autre.»

Trinitaires (Ordre de la Très-Sainte-Trinité)

« L’Ordre de la Très-Sainte-Trinité (Trinitaires) est très sensible, depuis sa fondation en 1193, à la question des chrétiens persécutés qui souffrent dans leur foi et dignité humaine.

Depuis 2014 nous avons un projet d’éducation qui a été mis sur pied par Caritas-Syrie et Solidarité Internationale Trinitaire (S.I.T.) qui a pour but d’aider l’éducation scolaire des enfants qui ne vont plus à l’école faute de moyens financiers. Nous voulons aider les chrétiens qui sont restés en Syrie et qui ont tout perdu.

Pour ce qui est des réfugiés, les religieux de la province ont été sensibilisés et nous prions à tous les vendredis spécialement pour tous les chrétiens persécutés. Nous avons décidé d’accueillir des réfugiés célibataires dans nos 2 maisons de Montréal. Nous travaillons en collaboration avec Sœur Rita Bou Abboud de « Mission Avec toi », une œuvre fondée par les Sœurs de Notre Dame de Charité du Bon-Pasteur. Nous collaborons économiquement au soutien de cette œuvre. Nous avons collaboré économiquement avec deux paroisses qui ont décidé d’accueillir des réfugiés.

Le responsable de la maison de formation de Montréal et nos frères étudiants s’impliquent dans l’accompagnement des réfugiés. Nous avons aussi un frère, d’origine américaine, qui collabore avec « Mission avec toi ».

Nous aurons un colloque les 22, 23 et 24 avril 2016 à Montréal sur la question des chrétiens persécutés dans le monde. Ce colloque est en collaboration avec le Grand Séminaire de Montréal. Nous espérons avoir la présence de Monseigneur Jean-Clément Jeanbart, archevêque grec-melkite d’Alep (Syrie).»

Frères de l’Instruction chrétienne
«À l'initiative d'un couple faisant partie de l'Association des Laïques mennaisiens, projet qui a fait consensus lors de la dernière Assemblée en septembre 2015, une famille syrienne de quatre personnes sera reçue et logée dans les prochaines semaines à Saint-Jean-sur-Richelieu : tout est prêt pour les accueillir.»

«Nous avons opté pour un parrainage mixte, le couple s'occupant de l'accueil et de l'installation, puis de l'accompagnement de la famille, la communauté des Frères de l'Instruction chrétienne étant la personne morale qui garantit la subsistance pour la première année. Une campagne de collecte de fonds auprès des associés et des familles a permis d'accumuler déjà le tiers du montant nécessaire.»

Sœurs de la Charité de Sainte-Marie
«Nous prévoyons accueillir nous-mêmes trois familles avec enfants et les parrainer en accord avec l’association  HAY DOUN. Nous offrons de l'aide et du support par l'entremise de l’Entraide Marie Clarac en ce qui concerne vêtements, meubles et denrées impérissables aux organismes qui déjà accueillent des réfugiés.»

Soeurs Missionnaires de Notre-Dame des Anges
«Comme congrégation, depuis octobre 2005, nous accueillons des réfugiés de tous âges : célibataires, couples, famille, etc. Nous avons accueilli 924 personnes depuis ce temps... de différents pays... d'Afrique, d'Asie, d'Amérique du Sud, etc. Actuellement nous avons 11 personnes qui viennent de nous arriver.»

«Nous collaborons avec l'organisme Service d'aide aux Néo-Canadiens. Les réfugiés sont accueillis dans notre petite maison, pour une période de quelques jours à deux semaines... le temps pour les Néo-Canadiens de leur trouver et organiser un logis. Selon les mets qu'ils prennent, ils prennent le dîner et souper avec nous à la cafétéria... sinon, on leur prépare leur nourriture à la petite maison.»

Sœurs de Notre-Dame des Apôtres
«Nous participons au niveau de l'église Saint-André Apôtre à l'accueil d'une famille syrienne.»

Famille dominicaine de l'Est du Canada
«La Famille dominicaine de l'Est du Canada étudie présentement un projet pour l'accueil des réfugiés.»

Missionnaires de Mariannhill
«Même avant la crise, nous avons toujours été impliqués auprès des réfugiés et migrants. En fait, pour plusieurs années, nous parrainions des réfugiés et les accueillions chez nous pour la période transitoire, en attendant qu'ils aient mis leurs papiers en ordre, trouvé un loyer, etc. Aujourd'hui, nous continuons l'apostolat auprès des réfugiés/migrants en proche collaboration avec l'Archidiocèse de Sherbrooke, un de nos membres étant dans l'équipe de la Pastorale des Migrants. Alors que cette crise se développait, nous avons aidé au moins une famille à se réunir, le père étudiant ne pouvant payer complètement pour les billets d'avion de son épouse et 4 enfants. Avec la crise, nous avons hébergé chez nous une autre famille et d'autres suivront, toujours en collaboration avec le Diocèse.»

Sœurs des Saints Noms de Jésus et Marie
«Des religieuses et des laïcs de la Rive-Sud parrainent ensemble une famille syrienne. Cette famille réside actuellement au Liban, entassée avec d’autres réfugiés dans une petite maison.  Une situation inconfortable qui devrait prendre fin sous peu.  Si tout fonctionne comme prévu, ses membres seront bien installés à Longueuil, peu après les fêtes.» Lire l'article racontant cette histoire de solidarité, ouvrir et télécharger ce document PDF: 
Des religieuses et des laïques de la Rive-Sud parrainent ensemble une famille syrienne.

Lire aussi le message de Noël inséré dans la carte des voeux de la congrégation: Nos portes s'ouvrent...

Les Sœurs Grises de Montréal
Association avec les Jésuites à Montréal pour du parrainage. Une rencontre est prévue en 2016 à cet effet.

Antoniennes de Marie
«Nous sommes au Saguenay. Actuellement il n’y a pas de réfugiés qui arrivent, car nous ne sommes pas sur la liste des villes nommées, mais nous sommes très ouvertes à accueillir. Pour le moment, nous portons ces personnes dans notre prière communautaire et à nos eucharisties tous les matins et nous accueillons comme stagiaire des personnes qui sont déjà arrivées dans notre ville depuis un certain temps.»

Sœurs de la Charité d’Ottawa
«Nous soutenons financièrement, et parfois de manière assez substantielle, les organismes ou les paroisses de notre région, à Ottawa et à Gatineau, qui parrainent des familles de réfugiés. Nous avons grandement contribué à la fondation et au maintien du Centre catholique pour immigrants, à Ottawa. Depuis plusieurs années, nous payons annuellement le salaire de la personne qui s’occupe et de la pastorale et des projets de parrainage avec les paroisses du diocèse d’Ottawa. Cette année, quasi 100% de son temps a été consacré au parrainage.»

Soeurs de la Visitation Sainte-Marie d’Ottawa à Pembroke (ON) 
«Nous sommes une communauté de sœurs cloîtrées et âgées donc, notre première activité est celle d’offrir notre prière pour tous ceux et celles qui entreprennent le dangereux voyage par terre et par mer afin d’arriver à un endroit accueillant et sécuritaire. Ensuite, une sœur a participé à une rencontre paroissiale pour obtenir des renseignements sur ce que le diocèse et les paroisses en particulier faisaient pour répondre à cette crise. Une deuxième rencontre fut une mise à jour des activités en marche et la précision au sujet de notre engagement financière pour soutenir le projet paroissial.»

Soeurs de Saint-François-d'Assise
«Depuis plus de trente ans, deux de nos soeurs infirmières, demeurant en fraternité dans la ville de Québec, sont impliquées directement auprès de familles de réfugiés. Elles recueillent des vêtements, de la nourriture, des jouets, etc. rendent visite aux nouveaux arrivants, les conseillent et les accompagnent dans leur intégration. Elles sont en lien avec des organismes de la ville comme “La bouchée généreuse” et aussi des bienfaiteurs, ce qui leur permet de faire du dépannage, d’acheter de la nourriture, d’inscrire des jeunes à des camps d’été, et bien d’autres services. Beaucoup de groupes ont pu profiter de leur sens humanitaire et de leur dévouement continuel: “Boat people” “ Népalais” etc. et, présentement, familles du Centre Afrique.»

Congrégation des Soeurs de Sainte-Anne
«Don substantiel de l’administration générale à Développement et Paix.» 

«Après plusieurs démarches pour y voir clair avant d'entreprendre cette aide, le conseil provincial a décidé de verser un montant égal à celui  versé par l'administration générale. De plus en lien avec une communauté qui s'occupe déjà de parrainer des réfugiés, nous leur enverrons des meubles pour aider les familles.»

Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus
Don de meubles par l'entremise de l’organisme « les Néo-Canadiens ».

Comité d'Accueil aux réfugiés de la Fabrique St-Yves (Québec)
«Le Comité d’Accueil aux Réfugiés St-Yves a été créé en 1979 par la Fabrique de la paroisse de Saint-Yves qui répondait à l’appel de l’Archevêché pour accueillir et venir en aide aux réfugiés de la mer (les « boat people ») qui avaient fui le Sud-Est asiatique. Depuis ce temps, le comité a poursuivi sa mission et a accueilli près de 400 personnes en 36 ans.

Face à la crise des réfugiés syriens, le comité d’accueil aux réfugiés de St-Yves, a décidé de financer totalement le parrainage de 2 familles syriennes. Notre première famille est arrivée en décembre 2015, et a fait l’objet d’une grande couverture médiatique.

De plus, nous offrons notre aide et expertise pour des paroisses ou organismes qui désirent parrainer une famille syrienne. Le parrainage se fait en notre nom auprès du ministère mais le financement, l’accueil et l’accompagnement de ces familles sera sous leur responsabilité.

La couverture médiatique de cette crise nous a permis de recruter de nombreux nouveaux bénévoles désireux d’accompagner les réfugiés et s’est aussi traduit par une augmentation importante des dons  lors de notre  collecte annuelle de l’automne dernier.

Il est impressionnant et réconfortant de constater la générosité et l’ouverture de toutes ces personnes qui nous contactent pour contribuer à leur façon à soulager la misère de nos frères et sœurs dans le monde.» 

Diverses congrégations religieuses ont fait un don substantiel à leurs diocèses (Québec, Gatineau, Montréal, Sherbrooke) et paroisses de leur région, à des organismes avec lesquels elles sont impliquées, au Comité des réfugiés de la Fabrique St-Yves à Québec (fabriquestyves@videotron.ca), à Développement et Paix, à des groupes qui accueillent une famille, à Médecins sans Frontières, à la Croix Rouge, au Centre canadien des réfugiés. 

2. Quelles suggestions avez-vous pour les communautés qui veulent poser des gestes concrets en réponse à cette crise dans leur ville ou région?

Il y a de multiples façons de poser des gestes concrets de solidarité:

Se renseigner sur  les organismes de parrainage de son milieu.

Accueillir soi-même une famille qui est parrainée par une congrégation ou un organisme de parrainage et la soutenir pendant un an.

Soutenir les communautés religieuses qui parrainent déjà à Montréal et à Québec : Ex : Les OFSJ (MTL); Les Capucins (Québec); les Jésuites (Montréal) - mario.brisson@jesuites.org  ou d’autres …   

Soutenir les groupes de parrainage : Hay Doun (Église Arménienne catholique)  avec madame Nayiri Tavlian (www.HayDoun.ca) - service@haydoun.ca

Soutenir l’Église Syriaque chrétienne orthodoxe de Sherbrooke.

Soutenir l’Archevêché de Montréal et /ou les diocèses qui font du parrainage.

Soutenir les paroisses qui parrainent  (Laval – Montréal – Québec ou ailleurs).

Soutenir Action Réfugiés Montréal (Églises presbytérienne et anglicane).

Prendre en charge financièrement une ou des familles parrainées: 20 000$ ou 25 000$ selon le nombre d’enfants, pendant un an (coût de l’aide sociale à laquelle ils n’ont pas droit).

Assumer le coût du loyer d’une ou de famille-s  parrainée-s pendant un an  (coûts liés à l’espace 3½ , 4½ , 5½).

Assumer le coût des livres scolaires et des fournitures au secondaire.

Offrir du mobilier usagé et autre des maisons fermées: lits, matelas, literie, commodes, tables de cuisine et chaises, fauteuils, tables de salon… tout ce qu’il faut pour meubler un logement…

Supporter les frais de service à des jeunes en difficultés: francisation – troubles psychologiques liés aux événements antérieurs  - accompagnement pour adultes en état de choc…

Continuer la prière, la sensibilisation…

Autre collecte d’aide pour maintenir les chrétiens en Syrie : Une syrienne agente de pastorale à Laval, nous a fait connaître le site www.lebookhumanitaire.com qui reçoit des dons en ligne, acheminés aux Maristes Bleus de Syrie, qui tiennent des collèges et nourrissent enfants et familles désirant rester en Syrie. Ouvrir et télécharger ce document: Lettre d’Alep N°24 (9 décembre 2015) Les Maristes bleus.

Se donner une formation sur l'Islam pour mieux comprendre cette religion et pour éviter les peurs et les amalgames. Suivre une formation sur l'accueil des réfugiés.

Apprentissage de la langue française ou anglaise: Il y aura un besoin important de profs de français (ou anglais), de répétitrices, car les cours offerts ne suffiront pas aux unilingues arabophones. On note déjà beaucoup de solitude chez les personnes âgées qui ne peuvent communiquer. C’est un défi à relever pour éviter des souffrances.

Amitiés de voisinage par familles locales: c’est le plus beau cadeau que d’offrir confiance et entraide lors des premiers mois d’installation, une invitation à un thé, des gestes de voisinage, un covoiturage pour les enfants et pourquoi pas?  Une amitié durable.

Les personnes intéressées et capables peuvent se joindre à des groupes déjà existants pour leur offrir du temps, des biens, de l’accompagnement, etc.

Travailler avec les gens le plus possible. Ne pas travailler en silo.

Faire confiance et aimer ces personnes que nous accueillerons.

S'associer à des groupes qui accueillent.

Accompagnement lors de démarches légales.

Service d'interprètes.

Recherche de médecins, écoles, travail, etc.

Français
Imprimer cette page Haut de la page